Allemagne: fusillade meurtrière dans un centre commercial à Munich

000_dh8zt_0

Au moins huit personnes ont été tuées à Munich lors d’une fusillade dans un centre commercial. Un ou plusieurs assaillants ont ouvert le feu vers 18h dans le centre commercial Olympia dans le nord de la ville, non loin du stade olympique. Une importante opération de police est en cours, rendue plus difficile par la nuit. La police parle d’une « situation terroriste en cours

La police allemande pense qu’il y aurait trois tireurs, actuellement en fuite. Selon un porte-parole, « des témoins font état de trois personnes différentes avec des armes à feu ». La situation sur place demeure confuse. Sur Twitter, la police a fait part d’au moins dix blessés, dont plusieurs graves.

Toute l’agglomération bavaroise est placée en état d’alerte, avec la mobilisation de l’ensemble des « moyens disponibles », selon la police de Munich. Le ciel de la ville est sillonné par des hélicoptères. Toutes les lignes de transports en commun à Munich sont actuellement fermées et la gare centrale a été évacuée. Les rues sont désertes.

La population munichoise a été invitée à rester chez elle. Le quartier du centre commercial a été bouclé et les autorités continuent d’évacuer les gens qui se trouvaient à l’intérieur. Un appel a également été lancé aux internautes de ne pas diffuser de photos ni de vidéos de l’opération en cours. La police a tweeté ses recommandations dans différentes langues, en raison de la présence de nombreux touristes en ville.

Au moins huit morts

Selon un dernier bilan fourni en début de soirée par les forces de l’ordre, huit personnes ont été tuées dans la fusillade. Les chaînes de télévision allemandes ont montré des dizaines de véhicules de secours aux abords du centre commercial.

Selon des informations non confirmées, citées par le magazine Focus, un des tireurs se serait donné la mort d’une balle dans la tête. La police a dit s’employer à établir si un neuvième corps retrouvé sur le lieu des tirs était ou non celui d’un des agresseurs.

Ce que l’on sait de la fusillade

La fusillade a éclaté peu avant 16h TU dans un restaurant McDonald’s avant de se poursuivre dans une rue adjacente. Des témoins évoquent trois assaillants qui sont ensuite entrés dans le centre commercial situé près du stade olympique, dans le nord de la ville, selon une porte-parole de la police. Un employé se trouvant à l’intérieur du centre commercial Olympia a déclaré à l’agence Reuters qu’il y avait eu de nombreux coups de feu.

Le mobile de la fusillade reste incertain

Un porte-parole de la police a indiqué que les autorités suspectaient un acte « terroriste ». Le motif de la fusillade n’est pas connu mais elle intervient alors que l’Europe est en état d’alerte après plusieurs attaques jihadistes en France et en Belgique. La police de Munich a précisé dans la soirée ne pas avoir d’éléments établissant une motivation islamiste.

Le chef de la diplomatie allemande, Frank-Walter Steinmeier, a déclaré que le mobile de la fusillade n’était pas clair pour le moment : « Le mobile de cet acte odieux n’a pas été complètement éclairci, nous disposons encore d’indices contradictoires », a dit le ministre des Affaires étrangères vendredi en fin de soirée. La chancelière Angela Merkel réunit un conseil de sécurité samedi matin.


CONTEXTE – Cette fusillade intervient quatre jours après l’attaque au couteau et à la hachemenée lundi soir par un Afghan de 17 ans dans un train de Bavière. Quatre voyageurs hongkongais ont été blessés à bord du train et le groupe jihadiste Etat islamique a revendiqué l’attaque menée par le jeune homme, qui a été abattu par la police.

REACTIONSLe président allemand Joachim Gauck s’est dit « horrifié par l’attaque meurtrière » de Munich dans un communiqué, en apportant sa solidarité aux victimes et à leurs proches. Le ministre de l’Intérieur allemand, Thomas de Maizière, a lui annoncé qu’il interrompait un déplacement en cours aux Etats-Unis pour rentrer en Allemagne.

Le président François Hollande a adressé vendredi soir un « message personnel de soutien » à la chancelière allemande Angela Merkel, au vu des événements de Munich, a indiqué la présidence. Le Premier ministre Manuel Valls a posté un tweet sur les réseaux sociaux dans lequel il exprime sa « vive émotion et solidarité totale avec le peuple allemand dans ce moment terrible ».

Le président américain Barack Obama a promis aux autorités allemandes « tout le soutien dont elles ont besoin pour faire face à cette situation ».

Publicités

Votre passion pour «Pokémon Dieu» peut aider à financer votre organisme de bienfaisance préféré

https---blueprint-api-production.s3.amazonaws.com-uploads-card-image-145017-pokemon_go

Êtes-vous passer vos heures d’éveil à jouer Pokémon Go? Bien sûr, vous êtes – et maintenant vous pouvez jouer pour une bonne cause.

bonne application sociale Charity Miles, qui amasse des fonds pour la charité par le suivi de l’activité physique d’un utilisateur, encourage les joueurs de Pokémon Go pour jouer le jeu tout en utilisant son application. Charity Miles dit succès viral du jeu mobile pourrait avoir un impact énorme sur les organismes de bienfaisance qui ont besoin de dons.

Il est une correspondance inattendue dans le ciel technologie – et il est une connexion Charity Miles remarqué utilisateurs faisaient de leur propre chef.

« Nous avons eu un grand choc [de miles] au cours du week-end, et nous ne pouvions pas vraiment comprendre ce qui se passait, » Gene Gurkoff, fondateur de la Charité Miles, dit The Huffington Post. « Et puis nous avons réalisé: Ce doit être des personnes utilisant Pokémon Go. »

 

Tuerie de Dallas: qui est le tireur qui voulait tuer des policiers blancs?

2016-07-09t151441z_1159348065_s1betopjyvaa_rtrmadp_3_usa-police_0

Deux jours après la tuerie à Dallas qui a fait 5 morts et 7 blessés, l’enquête avance sur la personnalité du tireur. L’homme âgé de 25 ans s’en est pris aux forces de l’ordre qui encadraient une manifestation contre les violences faites aux Noirs.

Avec notre envoyée spéciale à Dallas,Tessa Grauman

La police et le FBI se concentrent sur la personnalité du tireur, Micah Johnson, 25 ans, qui vivait dans la banlieue de Dallas. Cet homme a agi seul et voulait tuer des policiers blancs pour se venger des violences faites aux Noirs.

Il a été six ans dans l’armée américaine, dont neuf mois en Afghanistan. Il avait été renvoyé chez lui pour cause de harcèlement sexuel auprès d’une femme soldat dans l’armée. On a retrouvé à son domicile tout un arsenal, dont du matériel pour fabriquer des bombes.

Autre information : cet homme solitaire avait été surpris par ses voisins en train de faire des exercices d’entraînement militaires. Jeudi soir vêtu d’une veste de combat il a tiré sur 14 personnes, dont 12 officiers de police.

« Si on se soucie de la sécurité de nos policiers, alors on ne peut plus laisser de côté la question des armes et prétendre que c’est sans importance », a déclaré le président américain Barack Obama ce samedi 9 juillet.

L’heure est au recueillement

Le centre-ville très moderne où a eu lieu la fusillade est calme et la population vient exprimer son soutien à la police. D’abord au commissariat central où les gens viennent déposer des fleurs le jour comme la nuit, et puis l’endroit où s’est passée la fusillade. Le périmètre est sécurisé par des policiers.

L’officier Clark, 25 ans de service à Dallas, s’est retrouvé avec sa moto au milieu de la fusillade alors qu’il encadrait la manifestation contre les violences faites aux Noirs. Son ami de 20 ans, l’officier Mike Smith, est mort sous ses yeux. Il est très affecté par ce qu’il a vécu et touché par les témoignages de soutien des habitants.

Certains viennent apporter à boire et à manger aux policiers, comme cette mère de famille qui a fait une demi-heure de voiture avec ses trois enfants pour amener des bouteilles d’eau. Beaucoup veulent aider financièrement la police de Dallas et leur demander comment faire.

Marseille a fait la fête, après la victoire de la France sur l’Allemagne

2016-07-07t210548z_110927148_mt1aci14473691_rtrmadp_3_soccer-euro-ger-fra_0

Jeudi 7 juillet 2016, le Stade Vélodrome a joué son rôle de douzième homme à la perfection. Bouillante, l’enceinte de l’Olympique de Marseille a vibré comme rarement et a permis à l’équipe de France de décrocher son billet pour la finale de son Euro, grâce à sa victoire sur l’Allemagne (2-0). La suite de la soirée n’a été que clameur. La cité phocéenne était en ébullition.

Avec notre correspondant à Marseille,Stéphane Burgatt

La nuit a été courte à Marseille, où les cordes vocales des supporters sont certainement amoindries après la demi-finale historique de la veille. L’explosion de joie au coup de sifflet final a été proportionnelle à l’enjeu : une place en finale d’un Euro à domicile.

Longtemps contrariante pour les Bleus, l’histoire footballistique franco-allemande a pris un tout autre tournant jeudi dans une demi-finale mémorable. Dans la fan zone marseillaise, ce sont plusieurs dizaines de milliers de personnes qui se sont sautées dans les bras spontanément sans être sûres de se connaître.

000_cx8k8_0

u Stade Vélodrome et partout ailleurs, les cris et les chants (« on est en finale ! » ou encore « auf Wiedersehen ! » – « au revoir » à l’intention des supporters allemands) ont émaillé la soirée des supporters français.

Tout ce petit monde s‘est ensuite retrouvé dans les rues avec des fumigènes agités à la pelle. Une exubérance totale durant laquelle les supporters des Bleus ont cherché à escalader tout ce qu’ils pouvaient, des statues aux panneaux de signalisation, en passant par une camionnette de chantier.

Sur la route, la clameur était aussi visible entre les conducteurs debout sur leur klaxon et les passagers agitant leur drapeau aux fenêtres.

Heureusement, les supporters ne se sont pas encore jetés dans le vieux port ! Et pour cause, il faut en garder en réserve pour la finale de dimanche face au Portugal. L’occasion de confirmer ce bel élan sportif et de faire vivre une nouvelle soirée de fureur au peuple français.

La France en finale de l’Euro 2016, les Allemands tombent de haut

300x300_015_0

Le football est un sport qui se joue à 11 et à la fin, ce n’est plus forcément l’Allemagne qui gagne. Les Bleus ont fait mentir le vieil adage. En phase finale d’une compétition majeure, ce n’était plus arrivé depuis 1958 ! Cela crée forcément des heureux, mais en Allemagne, chez les champions du monde en titre, la déception est grande.

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

Ils y croyaient dur comme fer. La Mannschaft allait gagner, les champions du monde devaient l’emporter. Le réveil aura donc été dur. Sur les fanzones, certains sont partis désabusés avant la fin du match. Ceux qui sont restés jusqu’au bout, atterrés, le regard à terre, étaient groggy. Certains pleuraient, d’autres se consolaient mutuellement.

« Adieu le rêve de titre », résumait dès jeudi soir, à chaud, le quotidien populaire Bild Zeitung. Sur sa Une, ce vendredi matin, un jeu de mots, comme souvent : « Weini », « en pleurs », avec une photo de Bastian Schweinsteiger alias « Schweini », responsable du penalty transformé par la France.

« Vous êtes toujours champions du monde »

Un autre journal populaire se demande si après le Brexit, un éventuel « Löwxit », autrement dit un retrait du sélectionneur allemand Joachim Löw, est à l’ordre du jour.
De nombreuses réactions sur les réseaux sociaux aussi. Le ministère des Affaires étrangères, comme d’autres, rend par exemple hommage à la Mannschaft.

« Vous êtes toujours champions du monde », rappelle Frank-Walter Steinmeier, alors que le porte-parole d’Angela Merkel, restée à Berlin jeudi soir, félicite la France. Mais sur un plan moins sportif, un journaliste politique commente, conscient des critiques contre une RFA jugée trop dominante : « Pour l’Europe, c’est mieux que l’Allemagne ne remporte pas l’Euro. »

Ramadan meurtrier: le monde musulman constate les dégâts

2016-06-26t174738z_55377731_s1aetmdzzuab_rtrmadp_3_mideast-crisis-iraq-falluja_0

Flamme Médias

Le groupe Etat islamique avait promis des attentats pendant toute la durée du ramadan. A la veille de sa rupture, le bilan est sanglant. Après les terribles attaques ces derniers jours à Bagdad, à Istanbul et à Dacca, c’est l’Arabie saoudite qui est frappée. Trois attentats lundi 4 juillet, dont un à Médine, deuxième ville sainte de l’Islam. L’attentat-suicide a eu lieu près de la Mosquée du Prophète.

Deux ans après l’auto-proclamation de son « califat » le groupe Etat islamique a clairement changé de stratégie. Acculée en Irak et en Syrie, l’organisation terroriste a été contrainte de délaisser de vastes territoires. Sa guerre se joue de moins en moins sur le champ de bataille. Les jihadistes privilégient désormais les attentats-suicides.
Ce terrorisme sans frontière touche de nombreux pays.

■ Jordanie

Depuis le début du ramadan, le royaume hachémite a été frappé deux fois. Le 6 juin, les services de renseignements ont été ciblés dans leur propre bureau près d’Amman, la capitale. La seconde attaque a eu lieu deux semaines plus tard (le 21 juin) dans la région extrêmement sensible de Rokbane à la frontière syro-jordanienne. Un kamikaze du groupe Etat islamique a tué cinq gardes-frontière jordaniens.

■ Turquie

Le 28 juin, le triple attentat-suicide à l’aéroport international d’Istanbul a fait 45 morts. Cette attaque n’a été suivie d’aucune revendication mais les autorités turques ont tout de suite pointé la responsabilité du groupe Etat islamique.

■ Bangladesh

Dans le sous-continent indien, le groupe Jamayetul Mujahideen Bangladesh aurait prêté allégeance au « califat ». Ce groupe est passé à l’action le 1er juillet, au cœur de Dacca. Une prise d’otages qui s’est soldée par un carnage. Le bilan a fait état de 20 victimes parmi lesquelles 18 étrangers exécutés par balles ou à la machette.

■ Irak

L’attentat le plus meurtrier de ces dernières semaines reste celui de Bagdad. Le 3 juillet, plus de 200 personnes ont été tuées. Un camion frigorifique bourré d’explosif a servi de véhicule piégé. L’organisation EI a ciblé la rue de Karrada, dans un quartier commerçant de Bagdad. L’explosion hyper puissante a fait autant de dégâts qu’un bombardement. La rue a été calcinée. Les devantures des boutiques et des immeubles ont été soufflées sur des dizaines de mètres à la ronde. Cet attentat a plongé le pays d’un climat de profonde tristesse. Il a eu lieu deux jours avant la fin du ramadan et le début des célébrations de l’aïd.

■ Arabie saoudite

Le 4 juillet, le royaume saoudien a été secoué par trois attaques terroristes. L’un de ces attentats-suicide a été perpétré à Médine, deuxième ville sainte de l’islam après La Mecque. Le jihadiste a déclenché sa ceinture explosive près de la Mosquée du Prophète qui abrite également son tombeau et ceux de ses deux premiers califes. Dans le monde musulman l’indignation a été unanime, avec une condamnation très forte de la mosquée d’al-Azhar, en Egypte, considérée comme la plus haute autorité de l’islam sunnite. Vive réaction également de la République islamique d’Iran. Le plus important pays chiite a appelé à l’unité internationale et régionale contre le terrorisme.

■ L’organisation Etat islamique menace l’Europe et les Etats-Unis

Le 22 mai, plus de deux semaines avant le début du ramadan, le porte-parole du groupe EI, Abou Mohammed Al-Adnani, a lancé un appel au jihad. Il a exhorté les sympathisants de «l’Etat islamique » à faire du ramadan « un mois sanglant » pour les pays de la coalition internationale qui bombardent les bastions jihadistes en Irak et en Syrie. Les 12 et 13 juin, deux loups solitaires ont lancé des attaques meurtrières. D’abord à Orlando aux Etats-Unis, contre une boîte de nuit gay. Puis en France, à Magnanville, un couple de policiers a été abattu dans son domicile.

Dans les deux cas le mode opératoire a été similaire : les terroristes avaient prêté allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, chef de l’organisation Etat islamique et sont passés à l’action avec les moyens du bord dans un périmètre restreint. Aux Etats-Unis comme en France, ils ont commis leurs attaques à quelques kilomètres seulement de leurs lieux d’habitation. A l’occasion du ramadan de l’année dernière, le groupe Etat islamique avait également lancé ce même appel à l’intensification des attentats

Euro 2016: revivez la qualification du Portugal devant la Pologne

2016-06-30t215345z_110325225_mt1aci14464618_rtrmadp_3_soccer-euro-pol-por_0

Le Portugal est venu à bout de la Pologne à l’issue de la séance des tirs-au-but (5-3, 1-1 après prolongation) en quarts-de-finale de l’Euro 2016, ce jeudi à Marseille. Si les Polonais ont ouvert la marque dès la 2e minute par Lewandowski, les Portugais sont revenus au score grâce à Renato Sanches, leur jeune milieu de terrain de 18 ans. Revivez le match à travers les commentaires de

News et medias

%d blogueurs aiment cette page :