Gabon : acte de naissance d’Ali Bongo, la plainte pour « faux » classée sans suite

La plainte pour « faux » dans l’acte de naissance du chef de l’Etat du Gabon, Ali Bongo Ondimba, déposée par sa demi-sœur a été classée sans suite par le Parquet de Nantes
arton53899-58bae

Rebondissement dans l’affaire de la plainte pour « faux » dans l’acte de naissance du chef de l’Etat du Gabon, Ali Bongo Ondimba. Déposée par la demi-sœur du dirigeant gabonais, cette requête a été classée sans suite par le Parquet de Nantes.

La plainte a été déposée en janvier contre X pour « faux et usage de faux » par Onaida Maisha Bongo Ondimba, fille du défunt Président Ali Bongo, par ailleurs une de ses 54 héritiers déclarés. Elle a été classée sans suite le 19 février dernier. Estimant que sa juridiction n’était pas compétente, le procureur de la République de Nantes, Brigitte Lamy, a confirmé le classement de la plainte,estimant qu’aucun acte n’a été commis à Nantes.

Le 12 novembre 2015, la justice française avait autorisé Onaida Maisha Bongo Ondimba à consulter l’extrait de l’acte de naissance complet de son demi-frère, dans le cadre du conflit de succession à propos de l’héritage de l’ancien Président du Gabon. Au Gabon, cette affaire a fini de créer la polémique. une partie de l’opposition accuse Ali Bongo d’avoir menti à propos de ses origines.

Mieux, l’opposition compte sur cette affaire pour empêcher le chef de l’Etat de briguer un nouveau mandat lors de l’élection présidentielle prévue entre août et octobre 2016

Somalie : attaque contre un hôtel à Mogadiscio, au moins 12 morts

Au moins 12 personnes ont été tuées, ce vendredi soir, dans l’attaque contre un hôtel de la capitale somalienne, revendiquée par les insurgés shebab.
arton53869-4e9c8

Une attaque est en cours en Somalie, ce vendredi soir. Au moins 12 personnes ont été tuées dans l’attaque contre un hôtel de la capitale somalienne, revendiquée par les insurgés shebab.

Cette attaque vise l’hôtel SYL situé près du complexe ultra-sécurisé de la Présidence somalienne. Dans un bref communiqué posté sur son compte Instagram, ke groupe précise que « des membres des moudjahidine ont lancé une attaque contre l’hôtel SYL près du palais présidentiel. L’attaque a débuté par un attentat-suicide et une fusillade s’en est suivie ». Selon Ibrahim Mohamed, un responsable de la police somalienne, « l’une des explosions a eu lieu près du Peace Gardens et l’autre près de l’hôtel SYL. J’ai vu 12 civils tués, mais le nombre de morts pourrait être bien plus élevé ».

La Somalie est la cible d’attaques récurrentes perpétrée par la shebab. Ces derniers n’avaient pas hésité à attaquer, vendredi 15 janvier dernier, une base de la force de l’Union Africaine (AMISOM), dans la sud du pays. Le camp en question hébergeait des militaires kényans de l’AMISOM, la Force de l’Union africaine (UA) en Somalie, et des soldats somaliens, dans la région de Gedo, frontalière du Kenya et de l’Ethiopie. L’attaque avait fait plusieurs morts.

Vendredi 1er janvier dernier, des hommes armés avaient ouvert le feu devant une mosquée, dans un quartier sud de Mogadiscio. Un homme que la police avait présenté comme Turc était décédé dans l’attaque.

Rapatriement de migrants : l’Europe met la pression sur le Maroc

L’Autriche a pris la décision de demander à l’Europe de suspendre les aides accordées aux pays qui n’acceptent pas de rapatrier leurs ressortissants, notamment le Maroc qui semble traîner les pieds.
Rapatriement de migrants : l’Europe met la pression sur le Maroc
Rapatriement de migrants : l’Europe met la pression sur le Maroc

L’entretien téléphonique entre le roi Mohammed VI et la chancelière allemande Angela Merkel, qui avaient décidé ensemble d’un rapatriement des Marocains en situation régulière, n’a visiblement pas eu de suivi, notamment du côté des autorités marocains qui semblent traîner les pieds. Suffisant pour que. l’Autriche menace, ce vendredi 5 février 2016, de demander à l’Europe de suspendre les aides accordées au Maroc s’il ne rapatriait pas rapidement ses migrants déboutés, a indiqué Yabiladi.

Selon le site marocain, la menace a été exprimée ce matin, par le ministre autrichien des Affaires étrangères, Sebastian Kurz, sur la radio publique autrichienne Ö1. Le chef de la diplomatie belge aurait indiqué qu’il comptait demander à l’Union Européenne de suspendre les aides pour les pays qui n’acceptent pas de rapatrier leurs ressortissants.

« En ce moment, (l’UE verse) par exemple 480 millions d’euros chaque année au Maroc, 414 millions à la Tunisie, et malgré cela ces pays refusent de reprendre les déboutés du droit d’asile. En tant qu’Europe, nous devons enfin exercer une pression si nous souhaitons que la politique de retour fonctionne », a indiqué le ministre.

Dans un communiqué publié jeudi 28 janvier 2016, le cabinet royal évoquait un entretien téléphonique entre Andela Merkel et Mohammed VI et « l’évolution positive des relations bilatérales » ainsi que la coopération dense « qui lie les deux pays dans les différents domaines ». Bladi.net qui vait donné l’information ajoutait que l’appel d’Angela Merkel avait surtout porté sur la situation des migrants marocains et leur rapatriement au Maroc.

Le site indiquait qu’il a été décidé une rencontre entre le ministre allemand de l’Intérieur et son homologue marocain, notamment Mohamed Hassad dans le but de « travailler étroitement sur ce sujet ». Sauf que les choses semblent n’avoir pas bougé, côté marocain.